La blonde du bar de Chris

Publié le par Hirondelle

Alors voilà.
J'ai lu un article sur le blog de Chris Spé qui s'appelle Nana de bar, et j'ai beaucoup pensé à cette femme. J'ai eu envie d'imaginer qui elle était et de laisser aller l'écriture pour chercher derrière son masque. Oui, les bars me manquent parfois. Non, je ne suis pas un pilier, pourtant. Mais cette femme qu'il décrit m'a touchée.
Chris était d'accord, alors voilà.

Elle était là. Elle attendait.
Elle se demandait si quelqu'un l'avait remarquée. Non qu'elle fut encline à être remarquée à cet instant précis, non. Mais parfois, cette question l'effleurait. Elle se demandait dans sa tête, pour elle seule, si parfois les gens qui la croisaient se posaient les mêmes questions qu'elle, à quoi pense-t-il, quelqu'un l'attend-il quelque part, des questions ephémères comme ses propres souvenirs.

Elle laissait alors la petite voix dans sa tête vaquer à ses occupations, en toute liberté. Parfois, un mot ou une image de la petite voix bloquait son attention, elle s'y arrêtait alors, surprise de ce que déroulait le fil de sa pensée. Elle tentait avec concentration de remonter ce fil de pensées le plus loin possible. C'était presque amusant de constater combien elle pouvait s'oublier.

A cet instant précis, elle se souvenait de ses amis d'enfance avec lesquels elle pouvait jouer inlassablement. Dix doigts, dix personnages de conte de fées ou alors des conversations secrètes interminables. Ce jeu peuplait sa solitude d'enfant de multiples connaissances familères qu'elle convoquait au gré de sa fantaisie ou de son humeur. Et de celles des adultes qui l'entouraient aussi. Pourquoi eux, pourquoi maintenant?

Contemplant ses longs doigts aux ongles vernis d'un rouge agressif, elle regretta un instant que la magie ait déserté. Ces doigts étaient à présent des doigts utiles. Et malgré tout, elle en avait toujours dix. A cet instant précis, cinq d'entre eux lui servaient à saisir le long verre embué qu'elle portait à ses lèvres. Avec cette chaleur étouffante, la longue gorgée glacée était un pur délice liquide irradiant les bulles fraîches le long de chacune de ses papilles. Quand elle était petite, elle appelait ça des "Papi Gustave", ça faisait rire sa mère. Les cinq autres essuyaient distraitement le filet de sueur dégoulinant le long de sa nuque sous la masse de ses cheveux blonds, décolorés depuis qu'ils avaient perdu leur brillance originelle.

Non loin d'elle, à l'autre bout du bar, un anonyme quelconque partageait solitairement son plaisir sans même le savoir.

Ils allaient bientôt arriver. Elle aimait bien arriver avant l'heure de rendez-vous, pour rêver en solitaire avant de remettre son masque de nana de bar, sûre d'elle et de son pouvoir. Il fallait bien continuer de rouler sa bosse, c'est sûr, mais à quel prix?



Merci Chris!

Publié dans Fin valabb partout

Commenter cet article

odile la conteuse 11/11/2008 12:25

Et la suite? Vite!
Superbe jeu d'écriture. Bravo!Je suis fière de toi petit oiseau.

Hirondelle 11/11/2008 23:39


Merci d'apprécier mon écriture. On est tombées dedans quand on était petites, tu en sais quelque chose! J'aimerais bien pouvoir lire tes contes! C'est quand tu veux! Bisous, ma jolie.


Anna von 11/11/2008 11:46

Bon alors si cette fois tu ne passes pas au papier, franchement... hé, m'Hirondelle, je suis trop fière de ta (tes) plume(s) ! Me voilà coîte, quoi. Plus de mots, à mon tour.
Anna Von

Hirondelle 11/11/2008 23:37


Merci, Anna Von. Je suis bien heureuse que tu aimes ma plume, la tienne étant ce qu'elle est! Merci de tes encouragements. Bisous plein.


Drinking Winnie 09/11/2008 21:25

Bar où la bière coule à flot (belge si possible)
Lourdes fumées
Ivresses naissantes
Femmes belles et seules
Mecs bourrés et lourdos
N'est ce pas devenu un agréable souvenir ????
Vive le monde policé, adieu les rêves embrumés
Faites le dos rond la crise est partout, kaï kaï

Hirondelle 09/11/2008 21:36


Oui, il paraît même qu'on ne peut plus profiter des lourdes fumées des autres, dans les bars de là bas...Vivent les bières belges. Et les souvenirs agréables. Merci, Winnie.


seb 09/11/2008 11:55

Attention au foie, c'est fragile ces petites bêtes là.

Hirondelle 09/11/2008 21:32


Très fragile de partout, même des bronches et du pétiole.


chris spé 09/11/2008 01:02

comme une certaine émotion... si elle savait! merci à toi. chris.

Hirondelle 09/11/2008 21:29


Oui, si elle savait. Beaux rêves, Chris.