Je veux être prête

Publié le par Hirondelle


 


Période de transition d'une vie à l'autre, panique de cartons et procrastination. Je killbille quelques héliconias fourbes au fond du jardin pour me dégourdir les muscles et sentir ma tranpiration ruisseler dans ma nuque. Faut retrouver le corps pour exploser un peu. Conscience aigüe de ma main droite pleine d'ampoules, merci le sabre. Ma moiteur sèche aux alizées pourtant bien humides ces temps ci, les brumes sont basses de plafond, j'ai un froid d'automne.
La baignoire et la belle bulle sensorielle m'appellent, je pédale dans les nuages au milieu des petits lapins (c'est pas de moi, t'as reconnu que c'est Mon Grand Hubert?), et je plonge dans une eau brûlante, aie ouille doucement, kchhhhh, échange de températures, tête au fond de l'eau avec juste le nez qui dépasse. Mmmm, bonheur, plaisir, ronrons et pensées qui s'envolent, je suis divisée en trois, celle qui vit ce moment  de plaisir intense, celle qui l'écris mentalement au moment où elle le vit et celle qui se souviendra de l'avoir vécu et écrit.
" Pfiou, c'est du bon gazon, me dis je en moi même, mais  ferme la un peu, et frotte, faignasse." "Bon d'accord avec un vif plaisir, me réponds-je, ce qui est la marque d'un esprit fort à propos, me congratule-je, la journée étant au plaisir."
Lavage, mousse partout, merrooow, allez on se rince :  kchhhhh, jet brûlant oh oui purée c'est trop bon encore un peu non tu coupes ça tout de suite et tu avances bon d'accord mais tu faiches. On vide.
Gant de crin, rhââ, je vais tourner de l'oeil tu te rends compte de cette invention géniale de la peau? Quel organe. Et si tu rajoutes l'existence des mains, mais c'est trop sublime.
Tu te rends compte des possibilités de création avec des outils pareils. De la mécanique magique. Du mystère mystique. De la peinture dont les couleurs seraient les sensations, les pinceaux tes sens, en arabesques fantasques au gré des courants qui t’emportent. "Ca y est t'es nouveau barrée dans ta tête, on a dit le corps, mordel, et pis vas-y mollo quand même, là, ça fait mal un peu et pis t'es toute rouge, m'apostrophe-je!" "Oui bon, y'a pas l'feu au lac non plus, tu peux bien apprécier ce moment là avec ta tête aussi, non, me réponds-je à nouveau in petto, t'as peur de quoi, de la torréfaction de tes lecteurs en transe face à tes mots aiguisés comme des flèches, t'as peur de parler de plaisir, surtout solitaire, rhooo, vieille catho, va!" "Ta gueule, rince et sèche, morue" que j'me réponds! "Je serais capable de me sabrer au tamioc, faisage gaffe quand même...obéissage prudent, elle est folle ma chérie, t'es trop belle oui je sais", je me dis en sourdine dans un endroit de mon cerveau secret où l'empêcheuse de ronronner en rond ne viendra jamais.
"Allez! Hop, huile essentielle régénérante en malaxage et pête à pain partout immédiatement, magne toi le derche" Ah ouiiii, avec plaisir, ma copine du corps. C'est rude, ça s'étale pas très bien, faut y aller en appuyant, mais après le gant de crin, ça fait deuxième étape entre le très rude et le rude, j'adore, pas toi, si si moi aussi j'adore ça ah t'as vu, on est réconciliées, ouais, c'est grâce à mon corps à l'imparfait du que j'aime, en rouge, tu crois, non chuis sûre.  Va vite boire un coup à poil pendant que ta peau absorbe, cette gourmande. Ouais, trop bon, l'eau fraîche, merci. Alors? La crème de fille qui te laissse pas la sensation de gras mais que tu sens que ta peau elle te remercie, hmmmm? T'as vu, c'est aussi divisé en trois, très rude rude et doux, c'est dingue les coincidences d'aujourd'hui, c'est un signe. Oui, mais ferme la et profite, c'est pas génial, tais toi et apprécie, pieds, chevilles, chaleur des mains, lenteur des gestes, arrête, on dirait de l'onanisme, épaules, nuque, t'es quand même une coincegirl oui peut être, mais c'est pas à la peau de décider, ma cocotte, c'est aux mains, mais ta gueule, je fais ce que je veux, ouais, ça y est, tu recommences.
Parfum. Habits. Nous sommes prêtes pour la valse des cartons (demain).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sébastien Clivillé-Hagaär Dünor-Toxic Avenger 18/07/2009 13:17

Manque plus que les bubulles... Plie bien les jambes en soulevant les cartons...

Hirondelle 22/07/2009 09:45


Oh purée, j'ai trop les boules....


boileau 16/07/2009 22:32

Salut ma poule de Tata,J'aime ce que t'écris pis ces des jolies photos que tu fais et d'la bonne musique.Tu m'fais voyager.bises

Hirondelle 22/07/2009 09:44


Merci ma chérie, Elise? Hmm, c'est ça?


Seb 16/07/2009 07:48

Moi la crème de fille ça se prend dans mes poils.

Hirondelle 22/07/2009 09:43


Ben sûrement pas la mienne qui est faite EXPRES anti poils d'homme!


Quichottine 14/07/2009 21:46

Je t'imagine en train de déballer/remballer... En fait, je pensais à toi... J'espère que tu vas bien. Bisous.

Hirondelle 15/07/2009 02:19


Les déménagements ne sont pas ce que je préfère dans la vie. Je préfère emménager
C'est un sport national, ici, le déménagement. Ca bouge tout le temps.
Bisous Quichottine!


pierrot 14/07/2009 12:21

encore bravo pour la photo  des doigts de fée au clair de lune

Hirondelle 15/07/2009 02:17


Vous en êtes un autre!...